LA MALÉDICTION DES TROIS "K"

  Les années 1960 peuvent être légitimement qualifiées de véritable "bain de sang". En l'espace de quatre ans et demi, trois des hommes les plus connus / populaires de la planète furent assassinés (tous pendant la présidence de Lyndon Johnson (Kennedy fut assassiné le jour même où Johnson devint président)) : JFK, MLK et RFK. Késako ?

  • JFK (on commence à connaître) : John Fitzgerald Kennedy, assassiné le 22 novembre 1963 à Dallas, Texas.
  • MLK : Martin Luther King, assassiné le 4 avril 1968 à Memphis, Tennessee.
  • RFK : le frère de JFK, Robert Francis Kennedy, assassiné deux mois après MLK, le 6 juin 1968 à Los Angeles, Californie.
  • Nous pouvons également ajouter à la liste Malcolm X, assassiné le 21 février 1965 dans le quartier de Harlem, à New York.

  Quatre hommes qui se battirent pour la cause des droits civils. Quatre hommes qui changèrent considérablement la société américaine, et qui l'auraient bouleversée encore plus si on ne les en avait pas empêché. Hasard, malédiction ? Personnellement je n'y crois pas une seconde. Non, personne ne me fera croire que les assassinats de JFK, MLK, RFK et Malcolm X n'avaient aucun lien entre eux. Il est pour moi évident qu'il fallait faire taire ceux qui dérangeaient. La société, d'ailleurs, a toujours fonctionné comme cela : chaque année, des dizaines de personnalités qui dérangent les hautes instances sont retrouvées assassinées. Dans la grande majorité, leur mort reste "inexpliquée".

 

Martin Luther King John Fitzgerald Kennedy JFK Robert Kennedy RFK
De gauche à droite : Martin Luther King, John Fitzgerald Kennedy et Robert Francis Kennedy, tous trois assassinés en moins de cinq ans d'intervalle.

.

Anna Politovskaïa.
Anna Politovskaïa.

  Le meurtre d'Anna Politovskaïa en est un excellent exemple (oui, je sais, je mets l'affaire Kennedy entre parenthèses !). Journaliste russe rénommée et militante des droits de l'homme, elle était connue pour sa forte opposition à Vladimir Poutine. Travaillant pour le Novaïa Gazeta – un des seuls journaux à avoir diffusé des informations sur la guerre en Tchétchénie – elle dénonça à plusieurs reprises les violations des droits de l'Homme par les forces fédérales en Tchétchénie. Il n'est dès lors pas étonnant qu'elle ait été régulièrement menacée et ait subi une tentative d'empoisonnement en 2004 (et l'enquête n'a jamais rien pu démontrer, les analyses de sang ayant été détruites "par mégarde" !) (tiens, tiens... des preuves détruites ? De quoi nous rappeler le cerveau de Kennedy "disparu" !).

 

  Le samedi 7 octobre 2006 (jour de l'anniversaire de Poutine), Politovskaïa est découverte assassinée dans la cage d'escalier de son immeuble. Les quatre douilles et le Marakov 9mm qui servit à les tirer furent retrouvées à ses côtés. Elle est la vingt-et-unième journaliste assassinée depuis l'élection de Poutine, en 2000.

  Deux jours plus tard, le 9 octobre, le procureur déclare que l'affaire a été élucidée, et annonce l'arrestation de dix suspects. Leurs noms ne furent jamais divulgués.

  Le 12 octobre, le journal où travaillait Politovskaïa publie une ébauche de son dernier article, dans lequel elle accusait la force tchétchènes de recourir à la torture contre des civils ou des rebelles présumés.

  L'enquête fut close en juin 2008 par la mise en examen de trois suspects, dont trois originaires de Tchétchénie et un du FSB, le principal successeur du KGB (dissout en 1991). Ceux-ci seront acquittés en février 2009, ce qui fait que le meurtrier présumé, qui fut officiellement identifié, demeure en fuite. Les autorités russes semblent donc être incapables de retrouver une personne dont le visage est parfaitement connu... Depuis, plus rien.

J'apprécie énormément vos commentaires. Cependant, dans un simple souci d'organisation du site, si vous souhaitez donner votre avis sur le site en général, préférez le Livre d'or ou contactez-moi.

 

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Frédéric (jeudi, 27 décembre 2012 12:42)

    Vous avez parfaitement raison. Ces différents assassinats aux USA dans les années 60 semblent liés entre eux.

    A une toute autre époque, cela me rappelle la fin des 2 frères Gracques (Tiberius et Cauis Gracchus),hommes politiques romains du IIème siècle av JC, qui ont été éliminés physiquement après qu'ils aient tenté une réforme agraire ayant pour but à l'époque la redistribution des terres agricoles afin de permettre aux plus humbles d'avoir un lopin de terres cultivables.

    C'est à dire : prendre un peu aux plus riches afin de donner un peu aux plus pauvres. C'était pour l'époque une vue politique très "sociale" comme l'on dirait maintenant et complétement "révolutionnaire" (dans le sens ethymologique du terme : "changement"). Totalement en rupture avec les mentalités du temps.

    La classe patricienne et sénatoriale de l'époque s'est arrangée pour les faire éliminés physiquement. Je crois, de mémoire, qu'ils ont été acculés au suicide.

    Donc rien de nouveau dans ce pauvre monde hélas, même 2100 ans plus tard...

    Théodore Monod disait à propos du comportement des humains :

    "L'homme, doté d'un cerveau génial au service d'une âme de crocodile".

  • #2

    Richard (lundi, 07 avril 2014 10:12)

    Quel rapport avec JFK ??